Pourquoi les chrysanthèmes sont-ils les fleurs pour les défunts ?

Lorsqu’un proche décède, il est coutume de venir fleurir sa tombe. Différents types de fleurs sont utilisés, pourtant le chrysanthème reste la fleur la plus courante dans ce genre de cas.

Explications par Yves Alphé, professionnel du funéraire (fondateur et dirigeant de la société de pompes funèbres Caritas Obsèques à Orléans).

Une fleur très plébiscitée lors de la Toussaint

Le chrysanthème est la fleur ornant la plupart des tombes lors de la Toussaint, occasion de rendre hommage à un proche disparu. La tradition date de la première guerre mondiale. En effet, c’est à ce moment-là que s’est développée la coutume de venir fleurir les tombes pour montrer son attachement à la personne décédée.

C’est lors du premier anniversaire de l’armistice de 1918, le 11 novembre 1919 que, lors de la IIIème république, Georges Clémenceau alors président du Conseil des ministres français, appelle les français à venir fleurir les tombes des soldats décédés au combat.

Le chrysanthème présente par ailleurs l’avantage d’être très robuste et de ne pas nécessiter trop d’entretien. De quoi passer une partie de l’hiver après la Toussaint car les conditions climatiques affectent peu cette fleur.

Par ailleurs, il existe un très large panel de chrysanthèmes en termes de taille ou de couleur ce qui permet de mieux personnaliser l’hommage funéraire floral rendu au défunt. Enfin, d’un point de vue esthétique, il s’associe très bien avec les roses, fleurs également fréquentes lors des obsèques.

La saisonnalité

L’une des raisons majeures qui rend le chrysanthème très populaire lors de la Toussaint et par extension pour rendre hommage à un disparu quelle que soit la période de l’année est la saisonnalité. En effet, lors de la Toussaint, le chrysanthème se trouve en pleine floraison, ce qui en fait une fleur parfaite pour rendre hommage au disparu lors de cette tradition.

Si bien que chaque année, ce ne sont pas moins de 25 millions de pots qui sont amenés annuellement sur les tombes des proches disparus. En revanche, cette tradition du chrysanthème associée à la mort semble n’être présente qu’en France, pour les raisons historiques et saisonnières précédemment évoquées.

L’aspect symbolique du chrysanthème à l’étranger

Si le chrysanthème est associé à la mort en France puisqu’il est régulièrement utiliser pour fleurir les tombes des défunts, il en est tout autre en Asie par exemple. Ainsi, en Chine ou en Corée, cette fleur est au contraire associée à la gaieté, l’éternité, le plaisir…certainement car il s’agit d’une floraison colorée contraste aux autres fleurs de la saison.

Au Japon, la fleur était carrément associée à la Famille Royale. Une tradition qui a depuis disparu mais qui s’expliquait par fait que le chrysanthème était associé à une longue et prospère vie.

Laisser un commentaire