Comprendre les différents champs d’action d’un commissaire-priseur

Souvent considéré comme un simple liquidateur, le commissaire-priseur peut toutefois se charger d’autres missions. En réalité, il intervient bien en amont de la vente à la tribune. Il répertorie les objets afin de créer un lot. De plus, il estime les biens et élabore un catalogue. Par ailleurs, il peut également être sollicité pour des prestations ponctuelles. Voici les différents champs d’intervention de ce professionnel.

Le commissaire-priseur : l’organisateur des ventes aux enchères

Ce professionnel est le principal organisateur d’une vente aux enchères. Il se charge de l’ensemble du processus, de la création des lots jusqu’à l’adjudication des articles. On distingue deux catégories de commissaire priseur.

Le premier est désigné par La Garde des Sceaux. Il doit diriger des ventes judiciaires et agir en qualité d’officier ministériel. Le second est spécialisé dans les ventes volontaires, ainsi il peut être sollicité par les entreprises ou les particuliers qui souhaitent vendre un bien aux enchères. L’article ne doit pas forcément être une œuvre d’art ou une pièce de valeur. En réalité, tous les meubles et les  propriétés domestiques, qu’ils soient d’occasion ou neufs, sont susceptibles d’être vendus par un commissaire-priseur. Mais avant d’organiser la séance, le responsable doit procéder à certaines opérations, comme la réalisation d’un inventaire et l’estimation des objets. En effet, grâce à sa double compétence en droit et en histoire de l’art, ce professionnel est à même d’expertiser différentes sortes d’articles et d’établir le juste prix du bien.

Le commissaire-priseur : l’allié des notaires et des particuliers

L’intervention d’un commissaire-priseur ne s’arrête pas à l’organisation d’une vente aux enchères. En effet, ses compétences peuvent également l’amener à travailler avec un notaire, notamment dans le cadre du règlement d’une succession. La loi prévoit d’ailleurs qu’un inventaire est obligatoire lorsqu’un des héritiers est mineur ou protégé sous tutelle ou sous curatelle. Mais même si aucune législation n’oblige les ayants droit à faire appel aux services de ce spécialiste, l’estimation des objets peut aussi être effectuée à la demande d’un ou plusieurs successeurs. Cette pratique est effectivement courante en France  afin de réaliser un partage équitable. Par ailleurs, certaines situations peuvent également nécessiter l’intervention d’un commissaire-priseur. Dans tous les cas, il est nécessaire de trouver un expert habilité. La solution la plus simple est de s’adresser à la maison de vente la plus proche de son domicile. Pa ailleurs, internet constitue un excellent canal pour contacter un professionnel rapidement. Il existe d’ailleurs un annuaire en ligne qui répertorie tous les contacts des commissaires-priseurs actifs en France.

 

 

 

Laisser un commentaire