Offshore : les points importants à prendre en considération

Aujourd’hui, l’offshoring permet aux investisseurs et entrepreneurs de concrétiser leur rêve qui consiste à élargir leurs activités, mais également à bénéficier d’une meilleure fiscalité. Le montage offshore, rappelons-le, est une technique d’optimisation fiscale.

Exonérée de certaines taxes, la structure voit ses bénéfices augmenter et sa rentabilité améliorer. Mais avant même de penser à ces avantages, encore faut-il passer l’étape de l’étude du projet et des différentes formalités à suivre. Voici quelques conseils et bonnes pratiques préconisés par les spécialistes.

Trouver la juridiction qui correspond à ses activités

Le choix du pays d’implantation est essentiel à la réussite d’un montage offshore. Bien qu’on les qualifie tous de « paradis fiscaux », chaque pays présente des spécificités qu’il est important de bien connaître avant d’y investir.
La juridiction devra donc afficher des caractéristiques qui correspondent au secteur d’activité des entrepreneurs. Des destinations telles que Hong Kong et Singapour sont idéales pour les structures spécialisées dans l’import-export ou l’immobilier au niveau mondial.
Alors que des régions comme l’île Maurice et les Seychelles conviennent mieux à des entreprises œuvrant dans les services en ligne ou le BPO. Bien sûr, en plus du domaine d’activité, il faudra aussi tenir compte du système fiscalainsi que du contexte économique et politique du pays d’implantation.

Lors de vos démarches, il est important de vous renseigner sur le statut du paradis fiscal d’implantation et s’assurer qu’il ne fait pas parti de la liste noire de l’UE où vos activités seront jugées illégales. Pour cela, rien de plus simple grâce aux répertoires en ligne.

S’inspirer des pratiques offshores des grandes structures internationales

Si certaines structures (Google, Apple, Netflix et autres) ont choisi de s’implanter au Delaware aux USA, c’est parce que cette région fait partie des grandes destinations offshores actuellement. Pour rester dans le cadre légal et éviter la fraude et l’évasion fiscale abusive, les investisseurs peuvent prendre exemple sur ces sociétés internationales qui ont su optimiser leur fiscalité.
Chez les entreprises spécialisées dans le high-tech et le commerce électronique par exemple, le secret réside dans la dématérialisation des échanges. Toutes les opérations peuvent se faire en ligne via n’importe quelle région du globe.
Ainsi, la facturation pour l’achat d’un service ou même d’un produit peut se faire dans un pays à fiscalité réduite. Les bénéfices peuvent être domiciliés dans un paradis fiscal là où il n’y a ni impôt sur les sociétés, ni TVA ni taxe sur les bénéfices.

Laisser un commentaire